Au SénatUne reprise dense au Parlement, interventions et suivis de dossiers.

10 février 2021
🔹Commission des finances 🔹 Travail sur la dette 🔹 Réunion de groupe politique🔹 Constitution d’un groupe d’études 🔹 Débat sur l’opération Barkham : bilan et perspectives (renforcer le soutien européen) 🔹 Premières auditions au titre de la mission relative à la précarité et à la paupérisation 🔹 Vote sur la proposition de loi visant à sécuriser la procédure d’abrogation des cartes communales dans le cadre d’une approbation d’un plan local d’urbanisme (PLU) ou d’un plan local d’urbanisme intercommunal (PLUi) et à reporter la caducité des plans d’occupation des sols (POS) 🔹Intervention dans le cadre du débat sur les Mineurs Non Accompagnés (MNA) : renforcer la cohérence et la solidarité (voir la vidéo) 🔹 Débat sur l’avenir de la Métropole du Grand Paris (séance en cours).
🔷🔷🔷 Par-delà les débats et les échanges particulièrement denses et le travail parlementaire conduit en cette journée, nous avons convenu que ma collègue Catherine Belrhiti, Senatrice de Moselle, interpellera, au nom des « Sénateurs ruraux », demain lors de la séance des questions d’actualités au Gouvernement le Ministre de l’Éducation nationale sur les engagements du Gouvernement souscrits la semaine dernière devant la représentation nationale pour garantir la non fermeture de classes dans les communes rurales de moins de 5.000 habitants. J’ai travaillé avec elle pour m’assurer que sa question réponde pleinement aux enjeux du Cantal. Notre territoire ne peut subir encore des pertes de service public ; et le maintien du maillage actuel, notamment au niveau des RPI, mais plus largement partout où les maires s’opposent à une fermeture de classe, est indispensable. Les conditions sanitaires, à elles seules, devraient nous amener à reconduire un statu quo à la prochaine rentrée.
🔷🔷🔷 Je partagerai ici l’information dès que le Ministre aura apporté sa réponse, escomptant bien sûr qu’il ne remette pas en cause ses engagements et qu’il adresse une circulaire à ses services pour mettre en œuvre ses décisions. Quoiqu’il en soit le report du CDEN doit nous permettre de faire valoir nos arguments et d’obtenir des avancées. J’écrirai en ce sens au Recteur demain ainsi qu’à la DASEN pour trouver les nécessaires assouplissements, à la lumière des réponses du Ministre. C’est essentiel pour redonner confiance en nos territoires et encourager les Maires et les élus locaux dans leurs efforts pour développer leurs communes et renforcer les services aux habitants.

Contact permanence
04 71 64 21 38
1 rue Pasteur, 15000 Aurillac
Contact
04 71 64 21 38
1 rue Pasteur, 15000 Aurillac