Au SénatMa proposition de loi (PPL) visant à renforcer les conseils municipaux des communes rurales en matière de fermeture et de réouverture des classes scolaires est déposée : PPL N• 849 du 3 août 2022.

22 août 20220
🚸 L’éducation, avec la santé, sont sans contexte les deux services publics majeurs, essentiels pour l’attractivité du territoire. Ils constituent même avant cela une impérieuse nécessité pour assurer le maintien des populations en place en particulier en milieu rural.
🚸 Aussi, m’appuyant sur les propos du Président de la République prononcés lors du débat d’entre deux tours (voir vidéo qu’y YouTube à 2:04:00) qui a déclaré « je mettrai fin à la fermeture des classes sans l’accord des Maires », j’ai souhaité dès le début de la nouvelle législature déposer cette proposition de loi, essentielle pour les petites communes rurales du Cantal en particulier. Je ne doute pas qu’elle puisse être prise en compte rapidement au regard des engagements du Président.
🚸 Comme il existe déjà des mesures législatives visant à ne plus fermer d’école sans l’accord du Maire, la présente proposition de loi vise à ne plus fermer une classe sans l’accord des conseils municipaux et à permettre de rouvrir une classe à leur demande.
🚸 Il s’agit aussi d’une mesure de responsabilité et de confiance démocratique, visant à redonner aux élus territoriaux, à la proximité, la capacité à décider de l’avenir de leur territoire dans un cadre de référence, pour défendre une vitalité et une attractivité scolaire territoriale, en réponse aux perspectives nouvelles qu’offre la ruralité.
🚸 Plus précisément, l’article unique de la proposition de loi vise tout d’abord, dans les communes classées en zone de revitalisation rurale (ZRR) et dans les communes n’appartenant pas à une unité urbaine ou appartenant à une unité urbaine de moins de 5000 habitants, à subordonner la fermeture d’une classe élémentaire et maternelle à l’avis préalable du conseil municipal et à l’information préalable des parents d’élèves.
🚸 En effet, l’avis du conseil municipal doit être sollicité au plus tard le 15 décembre de l’année précédant la rentrée scolaire à compter de laquelle est prévue la fermeture de la classe.
De plus, le conseil municipal dispose d’un délai de deux mois à compter de sa saisine pour émettre son avis. Passé ce délai, le silence du conseil municipal sera considéré comme favorable.
🚸 L’avis défavorable du conseil municipal fait obstacle à la fermeture de la classe qui compte au moins huit élèves. Il doit être motivé, notamment au regard de l’effectivité du droit à la formation scolaire de tout enfant et la poursuite dans les conditions des objectifs mentionnés à l’article L. 111-2 du code de l’éducation.
🚸 Lorsqu’il a été procédé à la fermeture d’une classe, celle-ci peut être rouverte si elle est appelée à accueillir au moins 8 élèves et si, au plus tard le 15 novembre de l’année précédente, le conseil municipal concerné en a émis le vœu motivé.
🚸 Répondant à une véritable attente dans tous les territoires ruraux et sur tous les bancs du Sénat, ma proposition de loi, qui vise donc à renforcer les pouvoirs des conseils municipaux en matière de fermeture et de réouverture de classes scolaires, a déjà été signée par plus de 30 Sénateurs de différentes sensibilités politiques, alors même que nous étions à la veille des vacances parlementaires. J’ai laissé un délai suffisant, jusqu’à fin septembre, pour que chacun puisse rejoindre ma proposition. Plus nous serons nombreux et éclectique, plus elle aura des chances d’aboutir.
🚸 Je ne manquerai de partager les avancées de ce sujet touchant à l’éducation, qui avec ceux de la santé, de l’eau et de l’urbanisme, sont les 4 sujets d’attentes majeures de ceux qui vivent sur nos territoires. Il y en a évidemment bien d’autres, mais ceux-ci me semblent prioritaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Contact permanence
04 71 64 21 38
1 rue Pasteur, 15000 Aurillac
Contact
04 71 64 21 38
1 rue Pasteur, 15000 Aurillac