Au SénatCarte scolaire 2021 : vers un consensus local ?

11 février 20210
🟦 Ce mercredi par la voix de ma collègue Catherine Belrhiti
nous avons demandé au Sénat, lors des questions d’actualité au Gouvernement, des précisions à Jean-Michel Blanquer quant au cadre de préparation de la rentrée prochaine dans le premier degré et en particulier de nous indiquer ce qu’il en est exactement de la fermeture des classes.
🟦 Le Ministre a donc dit le contraire de sa Secrétaire d’Etat une semaine plus tôt, à savoir qu’il n’y aurait pas de reconduction du moratoire en 2021 (cf. Vidéo jointe). Cela signifie donc que les projets de fermeture de classes dans le Cantal peuvent être mis en œuvre par la Directrice Académique des Services de l’Education Nationale (DASEN). Ce n’était donc pas la circulaire qui manquait mais la parole de l’Etat central qui était défaillante!
🔹🔹🔹C’est particulièrement regrettable pour des départements ruraux comme le nôtre, toujours contributeurs à l’effort national et rarement bénéficiaires de celui-ci. Mais le Ministre laisse une ouverture en indiquant que le dialogue local ne doit pas être rompu et que la recherche du consensus doit être poursuivi. Le dialogue mis en place par la DASEN doit donc pouvoir se poursuivre pour trouver des avancées. Il est possible jusqu’à la rentrée.
🟦 Au-delà de l’école, ce nouveau recul du service public dans le Cantal n’est pas acceptable. Il l’est d’autant moins que la crise sanitaire demeure, exigeant des effectifs allégés ou des espaces plus grands, sans parler des traumatismes causés aux enfants qui n’ont pas en plus besoin de subir des changements nouveaux dans la période. Il ne l’est pas davantage au moment où on demande aux élus locaux de repenser leurs projets de territoires, dans le cadre des CRTE, y compris le volet éducatif. Il ne l’est pas non plus au regard des efforts accomplis par les maires pour maintenir un service public de proximité évitant aux enfants et aux familles des déplacements trop longs.
🟦 En conséquence, par un courrier qui partira dès demain, je demande à la DADEN et au Recteur, de reconsidérer leur projet de carte scolaire, comme cela a été fait chez nos voisins du Puy de Dôme leur permettant de réduire le nombre de suppression de postes.
Je leur demande en particulier de réexaminer trois points singuliers :
🔹la non remise en cause des RPI en place cette année alors même que les projets éducatifs territoriaux sont réinterrogés,
🔹le respect de la volonté des communes de maintenir des classes dans leurs écoles pour répondre à une dynamique locale et aux perspectives existantes,
🔹la priorité donnée aux suppressions de postes qui ne soient pas en face à face pédagogique, si c’est indispensable, pour répondre aux besoins d’ouvertures de classes dans certaines écoles.
Je suis certain que là où il y a une volonté, il y a un chemin.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Contact permanence
04 71 64 21 38
1 rue Pasteur, 15000 Aurillac
Contact
04 71 64 21 38
1 rue Pasteur, 15000 Aurillac