En circonscriptionUne semaine sur le terrain à la rencontre des Maires et des élus du Cantal – 5/5

3 mai 20210
📍Nathalie Gardes, Maire de Saint-Simon, m’a présenté les projets de sa commune en ce début de mandat. Elle témoigne, comme de nombreux maires des contraintes liées aux délais des dépôts de dossiers auprès de l’Etat et ensuite des attentes de notifications.
📍La réalisation du bâtiment pour le club de rugby doit débuter cette année dès que les crédits seront obtenus. Ce projet de près de 500K€ s’ajoute pour 2021 à des travaux routiers et aux équipements pour l’école. Plusieurs études sont également budgétées cette année pour préparer les investissements à venir : lotissement, 3ème tranche d’aménagement à Saint-Jean-de-Done, réhabilitation des ateliers municipaux…
📍La poursuite de la route verte, dans le cadre des « Petites villes de demain » et en relation avec la CABA, s’inscrit dans le projet de la commune d’amélioration de son cadre de vie et de réponse à ses enjeux culturels et touristiques. A ce titre, l’accueil de spectacles vivants, la réalisation de l’atlas de la biodiversité (pour lequel la nature de l’imputation budgétaire mérite d’être renconsiderée)… sont des projets ayant vocation à renforcer les fonctions de « centralité » et de service de la commune. De même, la perspective d’un élargissement des services à la petite enfance, en lien avec une antenne sur le haut de la vallée, aurait du sens dans le cadre du SIVU déjà en place qui gère notamment le centre de loisirs.
📍La rénovation à termes des logements de l’ancienne école de Done et la dynamisation des gîtes de Broussac dès que les réseaux fibre et téléphone seront opérationnels sur cette partie de la commune sont de belles perspectives. Enfin, l’engagement de la rénovation de la mairie, qui va accueillir l’agence postale, nécessite encore une réflexion pour mener à bien ce projet visant à renforcer l’offre de service à la population.
📍L’amélioration de l’offre privée de restauration sur Saknt-Simon constitue aussi un sujet pour cette commune au marché immobilier très actif. Merci à Nathalie Gardes pour ce partage et cet échange qui j’espère pourra ouvrir quelques pistes afin d’élaborer son programme petite ville de demain et faire valoir certains projets dans le futur CRTE.
📍Les mots d’accueil de Frederic Godbarge, Maire de Giou, devant son équipe, dont plusieurs des membres ne me sont pas inconnus, m’ont touché et reflètent une vieille amitié. La commune de Giou est organisée autour de trois pôles : Carnejac, Mamou et le centre bourg. Cette commune de 800 habitants a fait le choix de la qualité plutôt que de la quantité et de la montée en gamme de ses équipements et de son cadre de vie. Giou est aussi une commune agricole, sur plus de 80% de sa surface et cherche à valoriser au mieux cet atout, aux portes d’Aurilac et en partage d’équipements avec sa voisine Arpajon-sur-Cere (EHPAD, centre de loisirs).
📍Les projets d’amélioration des équipements publics portent sur le cœur de bourg : city stade, salle polyvalente, habillage des conteneurs à ordures, qualité de l’école qui accueille 60 élèves, lotissements offrant de l’espace et amélioration de la voirie.
📍Par-delà ces projets, les élus municipaux attendent une meileure lisibilité dans les relations avec l’Etat, souvent exigeant et pas toujours facilitateur, et encore une amélioration de l’image de la commune avec notamment la réalisation de la voie verte en lien avec la CABA. Agriculture, développement économique et chemins de fer ont ensuite alimenté les débats pour faciliter le développement du territoire et la mobilité de ses habitants, notamment des jeunes.
📍Merci à Fred pour cette belle rencontre et la vision du développement de sa commune portée par une équipe dynamique et mobilisée.
📍Jean-Francois Barrier et son équipe municipale m’ont accueilli à Velzic pour partager les projets et les interrogations de la commune, «château d’eau » de la CABA et porte d’entrée de la vallée vers le massif.
📍Un débat très ouvert s’est engagé avec l’équipe municipale sur la place et le rôle de l’Etat, la politique d’aménagement du territoire, les politiques européennes, la gestion de la dette, les questions de solidarités financière et humaine… Nous avons beaucoup à partager et savons que nous devons jouer collectif pour notre territoire si nous voulons le faire avancer.
📍Le grand projet de la commune réside dans l’achat et la réhabilitation de l’ancien hôtel du centre bourg pour lui redonner une vocation de service : bar-restaurant, espace de vie associative et logements. Cette réalisation lourde mais indispensable doit être soutenue par tous les financeurs publics sur 21 et 22 pour voir le jour.
📍Ce lieu de vie locale sera aussi un point de départ pour les projets de randonnées et en particulier le chemin des fontaines, qui offrira plusieurs options accessibles à tous les publics, en lien avec la route d’Artagnan qui doit constituer la voie verte de la vallée.
📍Le succès du marché de pays peut aussi amener la commune à réaliser des investissements pour mieux accueillir encore les exposants, à accélérer l’accueil d’artisans d’art et à developer encore le jardin pour tous qui est un véritable lieu de vie, centré sur l’école qui accueille 37 élèves, mais aussi ouvert à la population. La création d’un espace de vie sociale pourrait compléter l’offre de service, voire peut être aussi demain l’implantation d’un lieu d’hébergement collectif qui pourrait impliquer la CABA au titre de son projet touristique.
📍Divers autres travaux sont aussi en projet : enfouissement des réseaux, voirie communale, école numérique, pont de Clavières… À ce titre, plusieurs sollicitations de financements sont en cours.
📍Merci a Jean-François et à l’équipe municipale, au première rang de laquelle figure Brigitte Crozat, 1ère adjointe et élue de référence de la commune, pour ce moment de démocratie précieux et instructif.
📍La quatrième commune du département par la taille, engagée dans la démarche « petite ville de demain », mais devant aussi émarger au CRTE et au CAR2 de manière significative pour réaliser ses projets d’intérêt communautaire, ne cesse d’œuvrer à l’amélioration de son cadre de vie et à l’aménagement de son espace naturel que constitue la forêt de Branviel. Avec ses 3 pôles : Espinat, le Bex et Ytrac centre, la commune s’inscrit dans le projet communautaire de mobilité douce, en particulier autour de la route d’Artagnan.
📍Bernadette Ginez et une grande partie de son équipe municipale m’ont ainsi fait partager leur vision d’aménagement de leur commune et leurs projets. Ils sont certes exigeants financièrement mais il montre une réelle volonté d’inscrire Ytrac dans un projet d’avenir équilibré entre ses volets économiques, agricoles et de services mais aussi en offrant à tous les Ytracois un cadre de vie attractif.
📍Parmi les projets engagés en 2021, on peut citer une première tranche de voie douce, du cœur d’Espinat en direction d’Espinassol, diverses initiatives inscrites dans une transition écologique volontariste, une politique de l’habitat dynamique, même si elle est contrainte, avec deux lotissements en cours, la réalisation d’une zone artisanale, l’aménagement de la place commerciale et de l’entrée de bourg d’Ytrac, la réalisation d’un self service à l’école d’Ytrac et la réflexion engagée sur la destination de la maison Delrieu…
📍Le grand projet de la commune est celui de la construction d’une salle multiactivités, multi fonctionnelle, pour laquelle un concours d’architecte est engagé. Son rayonnement associe au-delà de la commune d’Ytrac, les communes voisines historiquement impliquées dans le centre social intercommunal, et même plus largement la CABA dans son ensemble.
📍L’acquisition de 2 ha d’une parcelle privée dans la forêt de Branviel, même si elle ne compense pas les coupes liées à l’aménagent de la RN 122, doit faire l’objet d’un appui de l’Etat au titre des aménagements périphériques au projet, pour engager la commune vers la réalisation d’un espace naturel qui pourrait s’inscrire en outre dans le CRTE pour constituer un « poumon vert » récréatif de la CABA.
📍Plusieurs sujets de préoccupations ont été en outre partagés : contraintes du PLUIH (et même parfois de véritables contradictions), inquiétudes quant à la pérennité de la DSR, frein quant à la réalisation d’Esban 2 pourtant indispensable, écarts entre les études nombreuses et les financements des investissements, délais de réalisation des projets publics… Des réponses peuvent être trouvées dans le dialogue local, d’autres nécessitent des adaptations de la loi pour mieux coller aux réalités de terrain, en particulier dans une vision actuelle excessive pour nos territoires de la non consommation de l’espace. La question de la liaison RD120 – RN122 a aussi été évoquée. Pour la sécurité du bourg et éviter des transits de poids lourd, elle est soutenue par la municipalité. Le dialogue reste ouvert avec les propriétaires pour trouver le meilleur tracet et les ajustements nécessaires, y compris peut être sur le gabarit de la voie. Je soutiens ce projet du Conseil départemental qui a du sens quant à la desserte de l’agglomération et à la gestion des flux.
📍Les sujets ne sont pas épuisés et ma relation avec Ytrac doit s’inscrire dans la durée pour répondre aux enjeux de la commune. Merci à Bernadette et à son équipe qui peuvent être assurées de mon soutien à leurs côtés.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Contact permanence
04 71 64 21 38
1 rue Pasteur, 15000 Aurillac
Contact
04 71 64 21 38
1 rue Pasteur, 15000 Aurillac