En circonscriptionSanté et Projet de développement au programme de ma journée : Rencontre avec le Directeur de l’hôpital d’Aurillac et Lancement du projet d’aménagement de la place de Lardennes à Naucelles.

8 janvier 20220
💢Hôpital d’Aurillac :
❗️J’ai souhaité rencontrer Pascal Tarrisson, Directeur de l’hôpital d’Aurillac et du Groupement Hospitalier Territorial (GHT) du Cantal pour assurer tous les soignants de mon soutien et partager avec lui l’actualité de l’hôpital.
🔺Voilà ce que j’en retiens.
📍Il est évident que la crise du Covid n’est qu’un révélateur et un accélérateur de la crise de l’hôpital et de la santé, que connaît notre pays depuis bientôt 20 ans, en fait depuis 2003 et la suppression de la permanence des soins. Cette situation n’a connu aucune inflexion, bien au contraire depuis 24 mois. Nous avons besoin d’une réforme générale de fond de la santé dans notre pays. Nous ne pouvons plus nous contenter de micro-réformes de circonstances qui arrivent toujours en réaction et contribuent à la désorganisation générale de l’hôpital et de notre système de santé.
📍Les maux de l’hôpital sont bien connus. On peut essentiellement en identifier 3 :
🩸La nature financière qui a contraint les moyens humains, qui concernent à la fois le niveau de rémunération (et les revalorisations du Ségur ne constituent qu’un rattrapage) et le nombre d’agents, mais aussi limité les investissements.
🩸Le renouvellement médical qui touche à la fois la formation, le recrutement et les conditions de recours aux compétences. La question démographique n’a pas été anticipée.
🩸La multiplication des réformes qui a désorganisé l’hôpital, renforcé le poids de la gestion et instauré des ARS (Agences Régionales de Santé) dont l’objet même est de gérer à distance le domaine très large de la santé et du sanitaire. La question est donc bien systémique.
🔺Plus largement cette question reste devant nous avec encore une fois une dimension démographique têtue et prévisible qui va avoir une triple incidences sur nos finances publiques : retraite, prise en charge médicale, dépendance.
📍Elle interroge quant à la réalité de la puissance publique qui se pose dans la santé, comme dans l’éducation et dans bien d’autres domaines. Trois illustrations de cette impuissance qu’il faut désormais combattre :
🩸La vraie application mais aussi la vraie anticipation de loi Rist du nom de sa rapporteuse, Stéphanie Rist qui a pour objectif de plafonner les rémunérations des médecins intérimaires embauchés dans les hôpitaux publics. Ce recours abusif aux vacataires et le coût que cela représente sans parler des difficultés humaines de management que cela génère, doit cesser.
🩸La régulation des installations des généralistes comme des spécialistes doit être mise en œuvre pour répondre à l’objectif de santé publique qui doit concerner tous les français au regard des efforts financiers conséquents que nous y consacrons tous collectivement.
🩸La réforme de « parcours sup » qui pose des difficultés plus larges pour toutes les familles et tous les jeunes qui doivent s’en remettre à un algorithme mathématique pour décider de leur avenir, doit être engagée. Elle a obligé les IFSI (Institut de Formation des Soins Infirmiers) à rentrer dans le moule universitaire, alors que nous avons devons former davantage d’infirmières pour répondre aux besoins croissants du vieillissement de la population. Plus largement, confier les formations techniques et spécialisées aux professionnels, est en tout domaine gage de succès. La réforme Las-Pass de la première année de médecine est aussi un vrai sujet d’insatisfaction.
📍Au-delà de ces réflexions que m’a inspiré cet échange et qui devraient être une des premières priorités de la campagne présidentielle à venir, nous avons traité de quelques sujets locaux :
🩸L’avenir de l’unité Alzheimer d’Ydes qui pourrait trouver une pérennité au travers du récent plan relatif aux maladies neuro dégénératives annoncé par le Gouvernement.
🩸L’avenir de l’imagerie médicale dans le Cantal qui doit être appréhendé dans le cadre du GHT qui dispose d’une approche plus fédératrice qu’intégratrice, et avec une vision public / privé permettant de répondre aux enjeux de tous et aux attentes des patients.
🩸La question de l’autorisation « cancérologie » qui doit concerner les deux établissements aurillacois (public et privé) pour répondre aux besoins des services d’urologie.
🩸La participation au conseil de surveillance de l’hôpital dans le cadre de la nouvelle gouvernance mise en place.
📍Un grand merci à Pascal Tarrisson pour cet échange riche d’enseignements et d’écoute quant aux besoins par exemple des infirmières réanimatrices et plus largement des personnels de l’hôpital qui sont tous engagés au service des patients. Le système ne tient que grâce à l’engagement de femmes (83% des effectifs) et d’hommes, imprégnés d’une mission humaine au service des autres. Un grand merci à eux. Il est temps de répondre aux besoins de l’hôpital, de la santé et des patients.
💢Naucelles : présentation du projet partenarial de services à la population et de commerces de la place de Lardennes.
📍Merci à Christian Poulhès, Maire de Naucelles, et à toute son équipe, pour son invitation à la présentation de ce projet d’aménagement ambitieux qui s’inscrit dans la vision du développement de cette commune en croissance démographique et qui construit depuis des années son développement.
📍Associant Cantal Habitat, représentée par sa Présidente Isabelle Lantuejoul, qui portera le volet immobilier : logement et commerce, le Conseil départemental pour le volet routier, la CABA pour les réseaux humides et le SDEC pour les réseaux secs, chacun étant représenté par leur Président (Bruno Faure, Pierre Mathonier, Michel Teyssedou), ce projet revêt surtout un caractère public / privé particulièrement innovant. En effet, de jeunes porteurs de projet, professionnels aguerris, désireux d’investir sur leur terre d’origine, investissent dans la construction d’une brasserie qui apportera un complément de service tant pour les habitants de la commune, que pour les usagers de l’axe routier très fréquenté. Le projet global, conçu avec le CAUE représenté par son Président Gilles Combelle, constituera un investissement de plus de 3 millions d’euros.
📍Pour ma part j’ai voulu insisté sur 3 points essentiels qu’illustre ce projet :
🩸La nécessité pour les financeurs de raisonner de manière globale. Tout projet de développement comporte aussi des réseaux, de la voirie, qu’il faut savoir financer. Je continuerai à y insister pour bénéficier de la fin de la programmation des crédits du FEADER plutôt que de les rendre à Bruxelles. Je soutiendrai tant au titre le la DETR que des crédits régionaux, ce projet en 2022.
🩸L’intégration environnementale et la mobilité douce sont des parties essentielles à tout projet. Celui-ci, situé au cœur d’un espace préservé, véritable articulation créatrice de liens au niveau de la commune, l’illustre parfaitement.
🩸Le large partenariat mobilisé est aussi source de complexité. Il appartient à tous les acteurs publics de le simplifier, de sortir d’approches en silos, pour répondre à l’initiative de communes, et en particulier de celle de Naucelles, bénéficiaire du programme « petites villes de demain » devant lui permettre d’accéder à une ingénierie et des financements privilégiés.
📍Merci à Christian et à tout son conseil pour son dynamisme et sa volonté de développement. Merci à Marie, Benoit et Bruno pour leur confiance en l’avenir et en leur territoire.
💢 Entre le centre hospitalier Henri Mondor d’Aurillac et les aménagements à Naucelles le long de l’avenue Henri Mondor, une bien belle après midi pour le natif de Saint-Cernin que je suis, terre de naissance d’Henri Mondor, médecin français, chirurgien et historien de la littérature né le 20 mai 1885 à Saint-Cernin (Cantal) et mort le 6 avril 1962 à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine).

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Contact permanence
04 71 64 21 38
1 rue Pasteur, 15000 Aurillac
Contact
04 71 64 21 38
1 rue Pasteur, 15000 Aurillac