Points de vue« Parlons Vrai » avec Jean-Jacques Bourdin sur le train

13 décembre 2022

🎤 Sud Radio : « Parlons Vrai » avec Jean-Jacques Bourdin sur le train et notre système ferroviaire.
🏛️ Adaptation au droit de l’Union européenne dans les domaines de l’économie, de la santé, du travail, des transports et de l’agriculture.
🏛️ Débat relatif à la politique d’immigration au titre de l’article 50-1 de la constitution.

🎤 « Parlons Vrai » sur Sud Radio :
👉 OUI le train est en panne dans notre pays à cause de nos infrastructures défectueuses et du manque d’investissement de l’Etat. « La France est le point noir de l’Europe ferroviaire ».
👉 OUI les péages sont plus chers en France que partout en Europe car ils ne se limitent pas à financer l’entretien mais inclus aussi le financement d’une part d’investissement pourtant défectueuse par ailleurs.
👉 OUI l’offre ferroviaire est insuffisante faute de capacités à faire rouler des trains, à disposer de matériel roulant suffisant, à avoir les conducteurs à mettre en place.
👉 OUI la régénération de nos lignes, dont les plus petites, et la modernisation des lignes (commande centralisée et ERTMS), sont urgentes et possibles.
👉 OUI la transparence des tarifs et une offre adaptée au public jeune doivent progresser pour développer une mobilité décarbonée ouverte à tous, avec un recours accru à l’ouverture à la concurrence, même si la fiabilité du service est plus importante encore que celle du tarif.
👉 OUI les Régions ont permis une amélioration de l’offre , notamment grâce à des matériels modernes et des tarifs accessibles, et ne sauraient être mobilisées sur les infrastructures qui relèvent de l’Etat.
👉 OUI les lignes des trains d’équilibre du territoire (TET) relevant de la compétence de l’Etat (Lignes Clermont – Paris et Limoges – Paris en premier chef) doivent être d’urgence modernisées, c’est une question d’équité et d’aménagement du territoire. Cela ne relève que de la bonne volonté de l’Etat.
👉 OUI les petites lignes doivent être sauvegardées pour offrir une offre de mobilité décarbonée partout sur le territoire, même si le car et la voiture resteront une réponse adaptée pour certains territoires en complément du fer.
👉 OUI SNCF Réseau doit être détaché du groupe SNCF pour permettre l’investissement public ou d’une société de projets, permettant ensuite l’accès à tous les opérateurs dont SNCF Voyageurs.
👉 OUI enfin l’effort de la Nation de 100 milliards d’euros sur 10 ans doit être engagé sans délais, l’Italie le fait à hauteur de 160 milliards, l’Allemagne et la Suisse l’ont déjà fait. Cela ne relève que de la volonté de l’Etat.
👏 Merci à Sud Radio et à Jean-Jacques Bourdin d’avoir permis ce débat qui intéresse tous les Français dans leurs transports du quotidien, comme dans leur déplacements de loisirs ou professionnels.
C’est une question majeure qui souffre d’un véritable engagement de l’Etat comme je l’ai déjà souligné à plusieurs reprises et qui ne peut se suffire de quelques déclarations du Président de la République autour des RER métropolitains.

📺 youtu.be/5M_qc8dDRzI

🏛️ Adaptation au droit de l’Union européenne dans les domaines de l’économie, de la santé, du travail, des transports et de l’agriculture.
Il s’agit de mesures diverses et nombreuses de transpositions de six directives européennes et de mise en œuvre de 6 règlements européens dans le droit français, adoptés au cours de ces 3 dernières années. Ce texte technique et composite comporte néanmoins des mesures s’inscrivant dans notre quotidien.
Je suis intervenu en proposant des amendements dans deux domaines :
👉 Les transports :
Renforcement du rôle de l’ART au niveau des péages en particulier.
Taxation des véhicules pour certaines infrastructures.
Adaptation de la taxation de certains transports de marchandises.
Renforcement de la pris en compte des personnes handicapées dans le tatnsport ferroviaire.
👉 Santé :
Je suis intervenu pour garantir la non perturbation des circuits de distribution des denrées alimentaires destinées à des fins médicales spéciales que risque d’entraîner la transposition de ces directives. Cette demande était introduite notamment à la demande de l’association « Les enfants du jardin » et plus largement des personnes victimes de maladies du métabolisme héréditaire. Ces maladies héréditaires du métabolisme nécessitent en effet un régime alimentaire très strict (légumes et fruits en quantité limitée) pour la plupart hypoprotidique. Ces médicaments et ces traintements sont lourds et contraignants.
⚠️ Il convient de veiller à ce qu’ aucune mesure législative ou réglementaire ne vienne encore compliquer le quotidien de l’enfant atteint de ces maladies ou de ses parents.
Même si mes amendements n’ont pas été adoptés, leur portée étant trop large et susceptible de mettre en difficulté d’autres publics utilisant ces mêmes circuits de distribution, le message a été entendu par le Gouvernement.
⚠️ Geneviève Darrieussecq, Ministre déléguée des Solidarités, de l’Autonomie et des Personnes handicapées, a entendu les difficultés potentielles de ces malades et de leur famille, avec l’appui de la commission des affaires sociales du Sénat, par la voix de notre rapporteur Pascale Gruny. Elle s’est engagée à rester à l’écoute et à adapter la réglementation si des difficultés propres aux personnes victimes de maladie héréditaire du métabolisme devaient se présenter.
A suivre donc avec vigilance.
👏 Merci à Francis Marre pour son engagement et qui m’a alerté sur ces questions pour lesquelles il se bat depuis de nombreuses années.

🏛️ Débat relatif à la politique d’immigration au titre de l’article 50-1 de la constitution.
Ce débat sans vote, avant la présentation d’un nouveau projet de loi début 2023, était l’occasion pour le Gouvernement de présenter ses orientations et aux groupes politiques d’affirmer leurs positions. La question est de savoir dans quelles conditions nous accueillons sur notre sol des personnes de nationalité étrangère. La protection du droit oui, son instrumentalisation non.

💬 « Je ne veux plus d’ici la fin de l’année avoir des hommes et des femmes dans les rues, dans les bois. Je veux partout des hébergements d’urgence. » Cette phrase du chef de l’Etat prononcée à la mairie d’Orléans, le jeudi 28 juillet 2017, à elle seule, montre notre impuissance et nos insuffisances.

4 thèmes majeurs ont été abordés par les Minsitres :
👉 La fermeté : lever toutes les restrictions à l’expulsion des illégaux (sauf les mineurs), accroître les places de rétention administrative…
👉 La simplification : limiter les procédures de recours, territorialiser la CNDA, accélérer les procédures d’instruction des demandes d’asile…
👉 L’intégration : obliger à un examen de français pour obtenir un titre de séjour (aujourd’hui 25% des étrangers ne parlent pas français)…
👉 Le travail : contrat d’un an pour les étrangers en poste ou occupant des emplois en déficit d’offre avec une révision de la liste des métiers en tension, accompagnement à la régularisation des étrangers en poste (attention à l’appel d’offre que cela peut générer), protection des employeurs qui n’ont pas d’autres alternatives…

Les 3 orientations prioritaires du Sénat sont les suivantes :
👉 Décider pour retrouver notre souveraineté en matière d’immigration : le parlement doit voter annuellement les « quotas » d’étrangers que nous pouvons et voulons accueillir, pour garantir une immigration régulière choisie, avec un périmètre économique défini, un accueil digne et envoyer un message clair.
👉 Lutter contre le détournement de nos politiques migratoires : être intransigeant contre l’immigration irrégulière, mettre un terme à une AME trop large, s’assurer de la réalité de la politique familiale, imposer de parler le français.
👉 Renforcer l’efficacité de nos procédures de droit d’asile en étant ferme sur les valeurs républicaines.

Un débat humain, responsable, qui permette d’accueillir celles et ceux qui sincèrement veulent partager nos valeurs et notre histoire, servir notre pays tel qu’il est, devra se tenir avec une dimension économique comme le Canada par exemple a su le faire dans le respect de chacun, mais aussi avec la garantie de notre droit d’asile non dévoyé. Voilà la ligne que nous devons suivre qui appelle clarté, simplification et sortie de la primauté du juge sur la représentation nationale qui seule peut et doit décider au nom du peuple.
La dimension européenne est bien sûr aussi essentielle, de même que la politique de développement en direction de l’Afrique.
Nous aurons l’occasion de revenir au fond et plus en détail sur toutes ces questions une fois le texte connu et lors de son examen prioritaire au Sénat en début d’année.





Contact permanence
04 71 64 21 38
1 rue Pasteur, 15000 Aurillac
Contact
04 71 64 21 38
1 rue Pasteur, 15000 Aurillac