Au SénatDéfendre et préserver la montagne à l’Elysée.

20 janvier 20210
Nous avons été reçus mardi 19 janvier  à l’Elysée par deux proches collaborateurs du Président de la République pour faire entendre le cri d’alerte des stations de Montagne.
Notre délégation de 9 sénateurs représentants l’ensemble des massifs et la diversité des groupes politiques du Sénat, a porté la parole d’un collectif de 60 sénateurs représentants les territoires de montagne. Nous avons parlé d’une seule voix.
🟦 « La décision n’est pas prise ! », nous a-t-on affirmé, malgré les indiscrétions parus dans certains journaux depuis deux jours. Le conseil de défense se réunira aujourd’hui et l’ouverture des remontées mécaniques sera à l’ordre du jour. Notre argumentation sera prise en compte pour faire entendre la voix de la montagne. Cela ne nous rend ni naïfs, ni trop optimistes pour autant. Nous avons défendu une position responsable et argumentée autour des attentes et des incompréhensions de tous les acteurs de la montagne. Notre message sera relayé auprès Du Secrétaire général de l’Élysée, du Président de la République et du Premier ministre. Sera t il entendu? Nous serons très vite fixé puisqu’aucun report de décision n’est désormais possible. Nous avons senti que les conséquences catastrophiques d’une non ouverture pour nos territoires, pour les professionnels de la montagne et pour l’avenir de la montagne au-delà même de la saison, étaient enfin comprises. Cela suffira t il? Réponse demain ou jeudi.
Je n’y crois guère hélas malgré les arguments développés. Le risque d’une année noire pour la montagne avec des conséquences dans le temps reste très présent.
🟦 Nous sommes donc aussi revenus sur les mesures complémentaires nécessaires pour répondre aux manques des premières mesures de soutien deja annoncées. Nous avons remis une liste de situations préoccupantes qui restent à régler et qui seront transmises au cabinet du premier ministre pour être étudiées. Nous avons aussi plaidé pour des compléments d’accompagnement en cas de non réouverture. Nous serons associés à leur définition. En particulier pour amplifier les aides, les accélérer et les adosser à une période de référence qui ne soit pas que la dernière saison et qui s’inscrivent sur les 12 mois de l’année 2021. Il faudra mettre des moyens considérables pour sauver une activité où la France est leader, bien au-delà des 400 millions d’euros hebdomadaires déjà mobilisés pour faire face à l’arrêt décidé parvl’Etet. Est ce raisonnable? Les limites du « quoi qu’il en coûte » approchent et pourtant si le gouvernement persiste à laisser fermé les remontées mécaniques il faudra continuer à financer alors que toutes les mesures sanitaires sont prêtes pour accueillir les français en station.
🟦 Nous avons enfin évoqué la nécessité, à plus long terme, d’un veritable « Plan Marshall » pour la Montagne. Nous avons accepté de participer à des groupes de travail sur ce dernier point pour représenter nos territoires aux côtés des professionnels de la montagne et des associations d’élus pour aboutir à des mesures d’une envergure adaptée à la situation dramatique à laquelle nous sommes confrontés quoiqu’il en soit. Il faudra dans ce cadre appréhender deux dimension: celle de l’excellence economique et celle de l’aménagement du territoire. L’Etat devra être au rendez-vous en particulier des stations de moyenne montagne comme le Lioran qui ont besoin d’investissements pour s’engager dans une diversification et une adaptation de son offre.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Contact permanence
04 71 64 21 38
1 rue Pasteur, 15000 Aurillac
Contact
04 71 64 21 38
1 rue Pasteur, 15000 Aurillac