Au SénatAuditions au Sénat : commission des finances et commission d’enquête sur l’influence croissante des cabinets conseil.

4 février 20220
▶️ Commission des finances :
Audition de Bruno LE MAIRE, ministre de l’économie, des finances et de la relance, et Olivier DUSSOPT, ministre délégué auprès du ministre de l’économie, des finances et de la relance, chargé des comptes publics, sur les résultats de l’exercice 2021 et les premiers éléments de l’exécution 2022.
Des améliorations d’exécution par rapport aux prévisions sont à noter, notamment grâce à de meilleures rentrées fiscales, mais le niveau de dette et de déficit reste allarmant. Le pari de l’investissement et de la croissance, avant celui des réformes structurelles et de la réduction des dépenses, pour retrouver d’ici 2026 un niveau de déficit plus supportable, est celui fait par le Gouvernement.
Le niveau de croissance à +7% pour 2021 doit tout de même être mis en perspective de celui de 2020 : -8%. Il faut aussi rappeler que celui-ci est directement lié à la dépense publique qui a été injectée pour soutenir l’activité.
▶️ Audition d’Olivier VERAN, Ministre de la santé et des solidarités, et de Cédric O, secrétaire d’État chargé de la transition numérique et des communications électroniques, dans le cadre de la mission d’enquête relative au recours aux cabinets de conseil, notamment dans le cadre de la Covid :
Depuis le premier confinement en mars 2020, « 54 commandes » ont été passées par l’Etat pour des prestations de conseil dans le contexte de la crise sanitaire liée au Covid-19, soit une facture de 26,79 millions d’euros pour les pouvoirs publics, a indiqué hier le ministre des Solidarités et de la Santé Olivier VERAN à notre commission d’enquête sénatoriale sur l’influence croissante des cabinets de conseil privés sur les politiques publiques.
Cette facture est certes « sans commune mesure » avec le « montant global de 1,717 million d’euro engagé en 2019 sur un périmètre équivalent » mais « le coût de ces prestations reste toutefois modéré au regard de l’ensemble des dépenses liées à la crise sanitaire, qui s’établissent à 30 milliards d’euros entre 2020 et 2021″, a-t-il nuancé. Questionné en particulier sur le rôle du cabinet McKinsey, M. VERAN a martelé qu' »à aucun moment, McKinsey ne m’a fait prendre une décision en lien avec la crise sanitaire ou la campagne vaccinale » ; les missions étaient limitées à « la programmation, la logistique et les systèmes d’information de crise ». Des propos concordants avec ceux tenus par des représentants du cabinet, qui s’étaient défendus devant la commission d’enquête de tout « rôle dans la définition de la stratégie vaccinale ». M.VERAN a d’ailleurs précisé que son ministère avait à nouveau contractualisé avec McKinsey début 2022, « en renfort de la campagne vaccinale pédiatrique ».
⏸ Nous présenterons prochainement les conclusions de cette mission d’enquête. A titre personnel, je considère que le recours aux cabinets conseil est tout à fait légitime. Il doit bien sûr se faire en toute transparence et pour des missions clairement établies. Par ailleurs, il doit correspondre à des besoins particuliers ou exceptionnels qui ne justifient de disposer de ressources permanentes au sein des administrations publiques.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Contact permanence
04 71 64 21 38
1 rue Pasteur, 15000 Aurillac
Contact
04 71 64 21 38
1 rue Pasteur, 15000 Aurillac