En circonscriptionAgriculture cantalienne : session de rentrée de la Chambre d’agriculture.

13 septembre 20210
J’ai assisté le vendredi 10 septembre à la session de la Chambre d’agriculture du Cantal à l’invitation de son Président Patrick Escure.
Outre les questions budgétaires de l’établissement consulaire, 4 grands sujets étaient exposés et débattus :
♻️La conjoncture : Un environnement fluctuant et parfois difficile à lire avec des prix agricoles qui augmentent mais qui n’atteignent pas toujours les prix de revient. Cet effet ciseau est compliqué à apprenhender et confirme la nécessité de la réforme engagée sur la structuration des prix (voir ci-après). Un contexte d’augmentation des prix des aliments et des matériaux qui pèse sur les coûts de production. Une année de meilleure situation climatique que les précédentes même si quelques sujets de calamités restent à traiter (grêle et gel) et toujours les rats taupiers (réponse à apporter à 40 communes encore non traitées faute d’expertise terrain encore rendue). Une évolution plutôt favorable de la PAC (voir ci-après aussi), une issue satisfaisante au niveau de la SAFER, un accompagnement des investissements au titre de la relance insuffisant et en attente d’une deuxième tranche.
♻️ La PAC 2023 – 2027 : Le cadre général de la réforme à évoluer favorablement pour les zones de montagnes : ICHN sauvegardée, mais réforme des aides couplées bovines UGB peu favorables à la montagne, introduction positive de l’éco-régime … Au total, dans les simulations effectuées, les aides PAC nouvelle formule et le revenu disponible par exploitation devraient être à peu près stabilisés. Il convient toutefois de rester vigilant sur la version finale du PSN (Plan Stratégique National) qui doit encore être validé pour une mise en place effective au 1er janvier 2023. Il convient aussi que notre agriculture de montagne bénéficie de la hausse de l’enveloppe « protéines végétales », essentielle pour relever l’enjeu de l’autonomie alimentaire.
♻️ Proposition de loi visant à protéger la rémunération des agriculteurs (EGAlim2) : Depuis les états généraux de l’alimentation en 2017 et la loi EGALIM qui s’en était suivie, suscitant un immense espoir de la profession agricole, l’objectif d’une meilleure répartition de la valeur tout au long des filières n’est pas au rendez-vous. Chacun en convient. Le Sénat avait été le premier à identifier les limites de l’exercice et à faire des propositions. Un texte issu de l’Assemblée Nationale arrive en examen au Sénat pour assurer la pérennité de notre système agricole avec des mesures fortes sur les prix. Il convient de le conforter et de renforcer la protection de notre agriculture en généralisant les contrats écrits pluriannuels de vente des produits agricoles avec une révision automatique des prix et en s’assurant d’une application rapide de ces mesures. Ce sera un des premiers textes de la rentrée sur lequel je vais m’engager.
♻️ Le nouveau Projet Agricole Départemental (PAD) : Il a été largement adopté par les élus de la chambre et j’en partage les grandes orientations :
☘️ Produire et valoriser des productions de qualité,
☘️ Bien vivre son métier,
☘️ Promouvoir notre métier et nos produits,
☘️ Préserver la vocation agricole du territoire,
☘️ Impacter positivement l’environnement et s’adapter au changement climatique (notamment en étant le premier territoire d’élevage neutre en carbone et à Haute Valeur Environnementale – HVE -).
✅ Par delà les questions structurantes ci-dessus et quelques sujets d’actualité en lien avec le soutien de la Région en particulier (Calamités, rats taupiers, Pacte2…), il importe de travailler de manière collective à l’avènement de ce nouveau projet agricole et à sa mise en œuvre. Le Cantal peut en effet répondre aux défis climatiques et sociétaux qui sont les nôtres pour trouver une véritable voie de développement. L’agriculture en est un moteur essentiel autour d’un modèle humain vivant de ses productions et pouvant compter sur un soutien public efficace et juste.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Contact permanence
04 71 64 21 38
1 rue Pasteur, 15000 Aurillac
Contact
04 71 64 21 38
1 rue Pasteur, 15000 Aurillac