Points de vue🛑 Stop à la prise d’otage de la démocratie.

12 avril 2021
« Le #Gouv met les #maires au pied du mur en les sommant de répondre « par oui ou par non »(!) d’ici lundi(!!) à la question de savoir si les conditions posées par le #ConseilScientifique pour les #élections territoriales de #juin seront réunies! Désinvolture, défausse et mépris! »
‼️Après le Conseil Scientifique qui n’a pas mordu au piège tendu par le Gouvernement, en lui renvoyant la responsabilité de la décision, celui-ci tente ce week-end de prendre en otage les Maires pour confisquer la démocratie et leur faire dire qu’ils ne veulent pas organiser des élections en juin ! Leur demande-t-on leur avis sur l’ouverture des commerces, la fermeture des écoles, la vaccination de la population? Non ! Alors pourquoi leur demander de se prononcer sur la tenue d’élections ? Poser la question apparaît déjà comme une anomalie…
⭕️ Le préalable : il est clair que la préoccupation première des français n’est pas les élections départementales et régionales, mais bien la situation sanitaire du pays et ses conséquences. Il est clair que si en juin les conditions sanitaires ne se sont pas améliorées, si la politique vaccinale du Gouvernement est un échec, ce que personne ne souhaite, il ne sera pas possible d’organiser des élections, tout le monde en convient.
⭕️ Les faits : les élections départementales et régionales devaient avoir lieu en mars, au regard du contexte sanitaire elles ont été décalées au mois de juin prochain. Jean-Louis Debré, ancien Président du Conseil Constitutionnel, à qui le Gouvernement avait confié une mission de concertation aboutissant à ce décalage de 3 mois, avait trahi la réelle intention du Gouvernement : reporter les élections au-delà de la présidentielle au prétexte de la pandémie. Aujourd’hui toutes les associations d’élus sont favorables à maintenir ces élections, tous les groupes politiques aussi (a l’exception du MoDem), les deux assemblées doivent s’engager en ce sens cette semaine! Mais cela ne semble pas suffire au Gouvernement puisque cela ne répond pas à sa volonté, voilà donc qu’il cherche à affoler tous les Maires de France et à les prendre en otage.
⭕️ La situation ailleurs et dans l’histoire : Tous les pays du monde continuent à organiser leurs élections depuis le début de la pandémie. En France, des élections ont été organisées en temps de guerre. Si les élections présidentielles devaient avoir lieu cette année en France, les annulerait-on?
⭕️ La responsabilité du Gouvernement : c’est de permettre de disposer de conditions de sécurité pour tous les citoyens. Pour les élections, il s’agit comme cela est déjà prévu de renforcer les possibilités de procuration, de doter chacun de matériel de protection, de permettre la vaccination des assesseurs… Ce qui est vrai pour les élections, doit bien sûr aussi l’être pour les étudiants, les commerçants, les enseignants, les salariés… bref pour tous les français. C’est d’ailleurs ce que nous a promis le Président de la République : un retour progressif à la vie à partir du 15 mai! S’il dit vrai pourquoi chercher à mettre en péril les élections!
⭕️ La mise en danger de notre démocratie : La démocratie est prise en otage comme jamais dans notre pays : état d’urgence, privation de libertés, décisions centralisées et autoritaires d’un homme assisté d’un conseil de défense. Il ne faudra pas demain venir se plaindre si nous continuons à accepter l’inacceptable.
‼️ En liberté, les Maires, tellement ignorés par ce Gouvernement depuis 4 ans, en première ligne pour protéger leurs concitoyens dans cette crise, doivent exiger que l’Etat leur donne les moyens d’organiser en toute sécurité les bureaux de vote avec les toutes les adaptations nécessaires.
‼️ En liberté, les électeurs décideront d’aller voter pour peu qu’on les ait assurés que les conditions sanitaires étaient remplies (pourquoi le seraient-elles moins que dans un super marché ou dans le métro ?). Faisons leur confiance!
‼️ Ne pas être en situation de voter les 13 et 20 juin prochains, ce serait admettre notre échec, ou plus exactement celui du Gouvernement !
Qui peut le souhaiter? Personne : ni les Maires, ni les citoyens, et encore moins tous les français qui n’aspirent qu’à revivre « normalement »!
Contact permanence
04 71 64 21 38
1 rue Pasteur, 15000 Aurillac
Contact
04 71 64 21 38
1 rue Pasteur, 15000 Aurillac