En circonscription🇪🇺 Visio#4 : Les enjeux de la Présidence française du Conseil européen.

6 février 20220
🇪🇺Un grand merci à Jean-François Rapin, Sénateur du Pas de Calais, Président de la Commission des Affaires Européennes du Sénat, pour son intervention dans le cadre du cycle visio que j’ai souhaité mettre en place pour nous éclairer sur quelques grands enjeux. Après Jean-François Husson, Mathieu Darnaud et Philippe Bas, il nous a fait partager son expérience et sa connaissance des enjeux européens.
Jean-François Rapin a d’abord précisé le rôle constitutionnel de la commission et ses modalités d’actions.
🇪🇺Parmi les nombreux sujets abordés et qui feront l’actualité des 6 mois de la Présidence française, placée sous le signe de la relance, de la résilience et de l’appartenance, citons pêle-mêle :
💧Mobilisation efficace des fonds européens dans la nouvelle programmation.
💧Ressources propres de l’UE et taxe carbone aux frontières : c’est un sujet central pour ancrer l’engagement exceptionnel de 750 milliards d’euros décidé en 2021 au titre du plan de relance et de résilience européen, portant le cadre budgétaire européen pour les 6 années en cours à 2000 milliards d’euros, et qui doit trouver des moyens propres de financement d’ici 2027 pour être pérennisé et développé.
💧Plan de relance européen et nouveau modèle de croissance à l’horizon 2030, avec notamment l’enjeu du financement des ambitions climatiques et la mise en place de la Taxonomie, c’est à dire du financement des industries vertes.
💧Prix de l’énergie et de l’électricité en particulier, peu abordé lors de l’échange mais dont l’enjeu est majeur pour garder notre compétitivité et répondre aux questions de pouvoir d’achat.
💧Politique de sécurité et de défense.
💧Autonomie stratégique (industrielle, alimentaire, sanitaire…).
💧Renforcement de la politique commerciale.
💧Gestion des frontières et la politique migratoire : le premier volet de surveillance des frontières extérieures doit avancer sous présidence française avec une révision de Schengen avant d’être poursuivi au titre de la gestion intérieure puis de celle de l’accompagnement au retour dans les pays d’origine. La question des migrations est inscrite dans la durée pour répondre aux enjeux politiques, économiques, climatiques et désormais aussi de « chantage » diplomatique. La révision des accords du Touquet en particulier sont essentiels et les prolongements dans les politiques nationales de chaque État membre figurent parmi nos priorités nationales.
💧Régulation des géants du numériques (travail en cours du commissaire français Thierry Breton).
💧Relations avec l’Afrique : les questions migratoires et démographiques imposent à l’Europe de réaffirmer son engagement en Afrique, qui est à nos portes et ne peut être laissée aux mains des chinois ou des russes. C’est une priorité de là présidence française.
💧PAC : le passage d’une économie de la production à une économie de la consommation laisse planer de fortes inquiétudes quant à notre autonomie alimentaire et à la reconquête d’une politique des prix à considérer en dehors de dogmes libéraux et marchands dont la question agricole doit s’extraire. C’est une question vitale qui doit faire l’objet de réorientation rapide si nous ne voulons pas nous fragiliser encore davantage. Le projet « Farm to fork », de la ferme à la fourchette, s’il est louable, ne peut être conduit dans le cadre imposé depuis trop d’années par une vision qui met à mal notre indépendance et notre autonomie stratégique.
💧Gestion sanitaire et politique de santé.
💧Salaire minimal européen et plus largement l’Europe sociale qui doit avancer au cours des mois qui viennent avec l’adoption d’une nouvelle directive.
💧Valeurs de l’Europe : la définition partagée de la notion d’Etat de droit autour du respect de la personne, de l’indépendance de la justice et de la presse en particulier, doit permettre progresser en intégrant des visions différentes selon l’histoire de chaque pays de l’Union si nous voulons éviter la montée des nationalismes. La réaffirmation d’une souveraineté européenne qui n’est pas un fédéralisme est un sujet majeur qui doit être clarifiée dans le débat présidentiel qui s’ouvre et dans les relations avec notre voisin allemand en particulier.
🇪🇺Ce temps d’échange, permettant de s’extraire de notre quotidien, tout en ayant de vraies résonances avec celui-ci, est précieux.
La conférence sur l’avenir de l’Europe qui doit s’ouvrir doit permettre de clarifier notre futur cadre nécessitant pédagogie et courage sans aucun renoncement et en insistant sur la prise en compte de l’investissement par-delà les seules questions de l’endettement pour établir un nouveau référentiel budgétaire européen.
Merci à Jean-François et à tous ceux qui ont bien voulu répondre à ce temps d’échange qui en appelle d’autres.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Contact permanence
04 71 64 21 38
1 rue Pasteur, 15000 Aurillac
Contact
04 71 64 21 38
1 rue Pasteur, 15000 Aurillac