Au SénatL’exigence de l’unité nationale.

2 mars 20220
🇺🇦 S’est tenu ce soir au Sénat un débat sur la décision de la Russie de faire la guerre à l’Ukraine après la déclaration du Premier Ministre, Jean Castex. Puisque la guerre est en effet de retour à nos portes. L’histoire est de retour. Le Président Larcher, en ouvrant la séance, a souhaité placer un drapeau ukrainien à côté des drapeaux français et européen en soutien au peuple ukrainien, ce qui a provoqué des applaudissements nourris de tous les bancs. L’histoire nous jugera sur la fidélité à nos principes. Nous devons collectivement faire preuve de responsabilité pour que vive la paix en Europe et demander un « cessez-le-feu » et un retrait des troupes russes. Rien ne justifie cette agression et les griefs mis en avant par Vladimir Poutine sont hors de propos et mensongers. Rien ne justifie cette agression.
🇺🇦 Ce qui se joue aujourd’hui en Ukraine, avec laquelle la plus grande solidarité est de mise, conditionne notre avenir. Celui de la France, celui de l’Europe. Et par-delà, celui du monde et en particulier de l’indopacifique.
L’Europe a répondu de manière forte et unie, car tout recul ne pourrait que conforter l’adversaire, comme avait su le dire le Général de Gaulle. Elle est aujourd’hui démunie pour assurer sa défense et amorce un virage sans précédent en quelques jours vers une défense commune. L’évolution de l’Allemagne est historique. Elle amorce un virage sans précédent en modernisant son armée et en accordant 100 milliards d’euros de crédits immédiats. Cette révolution ouvre un chemin nouveau. L’unité de l’Europe a ainsi su s’engager en quelques jours là où elle se refusait à aller depuis des années. La France a été à la hauteur des enjeux en cherchant à sauver la paix et en impulsant des sanctions indispensables et d’envergure. Aux manettes de la diplomatie, seule voie possible pour trouver une issue, sans faiblir dans la condamnation de la Russie, seul agresseur, et en confortant le Président Volodymyr Zelensky, admirable de courage, la France et son Président Emmanuel Macron ont été au rendez-vous.
L’Amérique a semblé désarmée et désarmante. La Grande Bretagne a suivi. L’OTAN est bien vivante, indispensable à l’équilibre du monde, dans le respect de son article 5.
🇺🇦 Aujourd’hui une évidence se fait de plus en plus jour : « Poutine est trop dangereux pour la sécurité du monde », y compris pour la cybersécurité. Même ses soutiens les plus complaisants, ceux qui affirmaient hier avec assurance que « jamais il n’envahirait l’Ukraine », prennent leurs distances avec lui, insistant sur son irrationalité ou sa paranoïa. A l’heure où la menace que fait peser l’existence de l’arme nucléaire s’additionne à celle, existentielle aussi, du réchauffement climatique, notre civilisation ne peut tolérer l’existence en son sein d’un facteur de nuisance aussi dangereux que Vladimir Poutine.
🇺🇦 Il appartient à la Chine de prendre ses distances avec la gigantesque « fausse note » que représente désormais Poutine. Pékin n’a pas mis son veto, mais s’est simplement abstenu lors du vote de la résolution du Conseil de sécurité de l’ONU condamnant l’invasion de l’Ukraine. La priorité de Poutine était d’exploiter, sinon de susciter, les divisions entre Occidentaux. Une des priorités du monde occidental doit être de dissocier la Chine de Xi Jinping de la Russie de Poutine. Le monde civilisé doit tout faire, bien sûr, pour éviter de sombrer dans une troisième guerre mondiale apocalyptique. Mais il doit aussi intégrer dans sa lutte contre le « mal Poutine » la nécessité de consentir à des sacrifices.
🇺🇦 Il faut frapper le plus fort possible le pouvoir russe au portefeuille, y compris en utilisant l’arme « nucléaire financière » que représente SWIFT. Faut-il attendre que Poutine soit à Riga, Vilnius, Tallinn ou Varsovie avant d’avoir recours à cette mesure drastique ? En laissant libre cours à ses obsessions et ses fantasmes, Poutine s’est auto-exclu de la société internationale. Est-il encore possible de négocier avec lui ? Il faut tenter de le faire et/ou chercher à accélérer son remplacement à la tête de la Russie. Il faut surtout agir dans l’unité internationale et nationale.
🇺🇦 L’invasion de l’Ukraine en 2022 sera-t-elle, comme le dit Dominique Moïsi, géopolitologue, pour Poutine, l’équivalent de ce qu’a été l’invasion de la Russie en 1812 pour Napoléon : le début du commencement de la fin ? Pour cela, notre détermination politique et morale doit être intacte, pour traiter la Russie de Poutine pour ce qu’elle est devenue, un Etat paria et un péril mortel pour la société internationale. Au lendemain de l’invasion par Napoléon de la Russie, le sort de l’empereur était scellé. L’Europe d’Ancien Régime avait compris qu’aucun compromis n’était possible avec lui. Napoléon n’était ni fou, ni paranoïaque. Poutine n’a-t-il pas mesuré tous les risques d’une invasion de l’Ukraine ?
🇺🇦 Dans ce contexte, comment l’élection présidentielle, la campagne pour cette élection, pourra-t-elle avoir lieu ? Bien sûr cette absence de débat aura des conséquences économiques et sociales dans notre pays. Bien sûr cette absence interroge sur notre démocratie. Bien sûr le risque d’une faible participation existe. Et nous ne pouvons voir notre démocratie contrainte par un conflit extérieur.
La responsabilité, le moment de gravité que nous vivons, le risque de basculement du monde, nécessitent que l’unité nationale, « l’union sacrée », prévale derrière Emmanuel Macron. C’est à lui que l’histoire a donné rendez-vous.
🇺🇦 Les risques de déstabilisation du monde sont à nos portes, tous nos autres débats doivent être remisés. Le retour de la guerre nous rappelle la nécessité de retrouver cette Europe de paix et de puissance sans laquelle notre souveraineté n’existe plus et pour laquelle la place de la France est essentielle. Nous devons en être un acteur déterminé, responsable et humble. Gardons-nous de propos péremptoires et guerriers.
🇺🇦 Les effets secondaires sont aussi nombreux, avec des risques économiques collatéraux considérables, qui concernent tous les français et frappent nos entreprises :
🔹Notre apprivoisement énergétique en gaz en particulier et le coût de l’énergie plus largement,
🔹La rareté et l’enchérissement du blé, de l’aluminium, du soja, du palladium, du titane … Autant de minerais ou de produits agroalimentaires pour lesquels la Russie représente 30% de la production mondiale,
🔹Le risque inflationniste, déjà présent dans nos économies, qui va s’amplifier, et les menaces que cela fait peser sur la croissance,
🔹L’afflux potentiel de réfugiés en Europe (7 millions de personnes semblent d’ores et déjà concernées).
🇺🇦 Tout cela, qui va entraîner des difficultés pour tous, ne peut que nous conduire à l’unité, au rassemblement autour de trois sujets majeurs : la défense, la souveraineté économique et le renforcement de l’Union Européenne comme puissance et non comme marché, que nous devons réinventer dans la fidélité aux pères fondateurs, sans pour autant répondre dans la précipitation à une demande d’élargissement.
🇺🇦 C’est l’avenir de l’occident, l’avenir de notre civilisation qui se joue.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Contact permanence
04 71 64 21 38
1 rue Pasteur, 15000 Aurillac
Contact
04 71 64 21 38
1 rue Pasteur, 15000 Aurillac