En circonscription🔵🔵🔵 Journée dans le nord Cantal : Chanterelle, Riom-ès-Montagnes, Montboudif, Saint-Amandin, Menet.

25 juillet 20220
Accueilli de bon matin par le Maire, Maurice Palut, accompagné de Jean-Louis Veisseyre et de Damien Mazeyrat, adjoint et conseiller, j’ai pu partager un temps de la vie de cette charmante petite commune voisine du Puy-de-Dôme.
Les préoccupations des élus de Chanterelle portent sur l’avenir de leur commune et de ses moyens financiers, de la ruralité et de l’agriculture.
🔹Nous avons évoqué les projets à venir de la commune autour de la mise en valeur du four de boulanger au cœur de la commune qui va constituer un aménagement public et une valorisation du patrimoine que la Region pourra soutenir. Je m’engage à accompagner au mieux ce projet.
🔹Les travaux de voirie communale, de confortement des murs de soutiens et autres besoins du quotidien ont de plus en plus de mal à être financés à des niveaux satisfaisants du fait même des limites financières que peuvent rencontrer les cofinanceurs publics comme le Département.
🔹Les dotations de l’Etat sont au cœur des préoccupations du moment à l’heure où nos finances publiques vont devoir être remises en ordre. Les collectivités, et notamment les plus petites d’entre elles, ne peuvent pas être victimes des errements anciens et récurrents, mais récemment amplifiés, de l’Etat.
🔹J’interviendrai une nouvelle fois dans le PLF 2023 pour harmoniser les délais de versement du FCTVA aux communes afin que plus une seule ne doive attendre 2 ans pour en bénéficier.
🔹Le maintien des services publics en milieu rural sont essentiels pour tous, et l’école en premier lieu, pour garder notre maillage agricole en particulier et attirer des nouveaux salariés et des nouveaux habitants. La question de la Poste est aussi prégnante dans ces territoires et son adaptation est sans doute nécessaire.
🔹L’enjeu agricole et notamment celui du renouvellement des générations est crucial et ne peut plus attendre pour être traité. Il convient en particulier de revenir à un prix du foncier agricole en phase avec la réalité économique du secteur.
🔹Merci encore à Maurice, un des Maires les plus expérimentés du Cantal, en poste depuis 1971, qui reste toujours aussi vif et plein de projets pour sa commune. Merci bien sûr aussi à ses collègues du conseil pour leur accueil, avec l’assurance de la prise en compte de leurs attentes.
🟦 #riomesmontagnes : visite de l’usine Chemviron.
A l’invitation du nouveau Directeur de l’usine, Frédéric Mayon, et du Directeur des sites traitant la diatomée, Benoit Jarousseau, plusieurs élus cantaliens (Bruno Faure, Valerie Cabecas, Chabrier Gilles, Didier Achalme, François Boisset et un conseiller municipal de Virargues) des sites concernés étaient invités à une présentation de l’activité et des projets de l’entreprise.
🔹Appartenant désormais à une entreprise japonaise (Kuraray Company) qui a racheté l’américain Calgon Carbon, spécialiste du charbon actif et de la filtration, Chemviron dispose de 4 sites en Europe (Belgique, Ardèche, Landes et Cantal) emploie 45 personnes sur Riom et génère autant d’emplois induits. Premier producteur européen de terre de diatomée, et deuxième producteur mondial derrière Imerys, qui possède notamment le site de Murat, Chemviron exploite cette ressource peu commune, issue de phénomènes volcaniques anciens, présente dans plusieurs pays du monde mais de manière insuffisante en Europe (100.000 tonnes extraites seulement pour 250.000 tonnes de besoins), et nécessaires à l’industrie agroalimentaire pour la filtration mais aussi à la fabrication de certains produits pharmaceutiques et autres.
🔹La diatomée est une algue unicellulaire qui fixe la silice contenue dans l’eau. Son exploitation actuelle sur le site de Fafouilloux à Virargues offre encore 15 années d’exploitation à l’entreprise. Celle-ci réfléchit toutefois à l’avenir et aux resources pouvant exister par ailleurs. Identifiées en Planèze, sur la Narse de Nouvialle, la perspective de son exploitation soulève de nombreuses inquiétudes et beaucoup de questions quant au respect de l’agriculture et de l’environnement.
Ce sujet ne peut être abordé sans prendre à compte là positions des élus et des habitants concernés à partir d’éléments d’information scientifiques objectifs. L’entreprise veut s’engager dans un dialogue et un partage d’informations.
🔹Rien ne peut se faire en la matière sans une adhésion des territoires directement concernés, sans la préservation de notre patrimoine et sans la prise en compte du respect de la biodiversité et du vivant, tout en veillant aux enjeux du développement économique et de l’emploi. La recherche d’un tel équilibre est difficile mais il est indépassable pour espérer pouvoir avancer.
Un sujet qui va sans doute nous occuper pendant quelques années et sur lequel j’ai déjà eu l’occasion de m’exprimer. J’aurais l’occasion de le faire encore.
Merci aux responsable de l’entreprise pour l’échange constructif et la présentation de celle-ci.
Lors de ce nouvel échange avec Chrystèle Serre, Maire de Montboudif, et une grande partie de son conseil municipal, nous sommes revenus sur trois sujets majeurs.
🔹La question de la gestion de l’eau : un projet est en souffrance concernant l’interconnexion de la commune avec le réseau du syndicat des eaux de la Haute Artense, basé à Champs-sur-Tarentaine, pour améliorer et sécuriser la déserte d’une partie de la commune. Une convention doit intervenir en ce sens mais se heurte à un arbitrage de la commune de Condat qui est le siège de l’essentiel de la ressource en eau de ce syndicat, mais aussi d’autres communes environnantes. Si les préoccupations de Condat sont légitimes pour répondre au mieux aux besoins de sa propre commune, la discussion doit avancer pour permettre notamment de satisfaire aux besoins de l’installation d’un agriculteur sur la commune de Montboudif. Plus largement la commune s’interroge sur son adhésion au syndicat dans le cadre de l’évolution de l’exercice des compétences suite au vote de la loi 3DS. Je dois évoquer très prochainement ces différents sujets avec M. le Préfet pour trouver les meilleures solutions possibles pour toutes les parties. Plus largement, la nature juridique de l’eau, bien commun par excellence, devra faire l’objet de précisions législatives pour appréhender cette question majeure par-delà sa gestion et l’exercice des compétences.
🔹L’engagement des travaux d’assainissement du bourg qui ont fait l’objet d’un engagement financier fort de l’Etat au titre de la DETR et de la DESIL en particulier, est désormais proche. Je m’étais engagé sur ce dossier dont je me réjouis de l’issue.
🔹Le projet de création d’un café, lieu de vie, au cœur de la commune, est en réflexion. Celle-ci a la possibilité d’acquérir un bâtiment au centre bourg avec des logements à l’étage en état satisfaisant pur être mis à la location, et d’un ancien commerce à rénover en rez-de-chaussée. Cette opération peut être notamment soutenue par la Région au titre du denier (ou premier) commerce à la fois dans sur son volet acquisition et sur son volet travaux. Les dossiers sont en cours de constitution. Il conviendra en parallèle de bien définir le niveau de service : type de produits (café, vente à emporter, dépôt de pain…), le mode de fonctionnement (gérant privé, salarié de la commune, café associatif…) et les modalités de fonctionnement selon la saisonnalité. Nous avons pu échanger sur des expériences conduites par d’autres communes pour éclairer les décisions que la municipalité devra prendre. A noter que dans le cadre l’agenda rural, et jusqu’à la fin dz l’année, la commune peut bénéficier gracieusement d’une licence IV si elle n’en a plus.
🔹Merci a l’équipe municipale de Montboudif faite d’expérience avec la présence de l’ancien Maire en particulier, Lucien Bonhomme, mais aussi de jeunesse et d’ouverture pour élaborer des réponses réalistes et innovantes autour de Chrystèle que je remercie pour son accueil.
J’ai été particulièrement heureux d’être reçu par le conseil municipal de Saint-Amandin au grand complet ou presque, autour de son jeune et dynamique Maire Alexandre Favory. Merci à lui pour ses mots d’accueil et son engagement. Le conseil municipal se réunissait en suivant.
🔹Nous avons d’abord échangé sur un thème assez large autour de l’avenir de la commune rurale : quid de la taille des collectivités et des communes nouvelles choisies ou subies, perspectives quant aux financements des projets (coût en hausse et niveau des financements publics en baisse), capacité à garder un autofinancement communal au regard des risques qui planent sur les dotations de fonctionnement, mobilisation des fonds régionaux et des fonds européens, conséquences de la loi 3DS, situation des finances publiques nationales … Un échange riche permettant de faire le lien entre d’une part les enjeux nationaux et les débats en cours, et d’autre part la réalité quotidienne des communes, mais aussi de nos concitoyens, des entreprises, de l’agriculture, de l’école, de la santé et de chacun. J’ai pu réaffirmer la primeur que nous devons accorder à la commune, cellule de base de notre société et la nécessité de mieux valoriser le travail pour retrouver les voies de la croissance et de la confiance.
🔹Nous avons aussi échangé autour des projets communaux en cours ou à venir. Après l’obtention (de haute lutte) des financements nécessaires à la réalisation du lotissement communal, la commune porte désormais le projet d’amélioration de la desserte du village de Montagnac (voirie, enfouissement des réseaux, aménagement de l’espace public…) qu’elle présentera en DETR 2023 après sollicitation du Conseil départemental dont le niveau d’engagement ne peut être que limité sur un projet de cette taille (370K€). Je ferai au mieux pour le soutenir et lui permettre d’avancer. Côté Region, il convient de revoir l’assiette pour ne retenir que ce qui touche à l’espace public et à la valorisation du patrimoine afin d’obtenir un engagement financier.
🔹Enfin, le diagnostic sur l’assainissement de la commune est engagé pour déposer un dossier de travaux en 2024 vraisemblablement avec le soutien de l’Agence de l’eau. Ce sera un dossier particulièrement lourd qui nécessitera le soutien fort de l’Agence et de l’Etat pour le rendre soutenable pour la commune.
🔹Merci encore à Alexandre et à tout son collectif. Cette équipe comme la plupart des équipes municipales témoignent de l’engagement sans pareil et irremplaçable des élus locaux au service de leur territoire et de ceux qui y vivent.
🟦 #menet : rencontre avec la municipalité et clôture du symposium.
A l’invitation de Jean-Louis Marandon, Maire de Menet, et de l’association Pierres de Menet, j’ai été très heureux de me rendre à la soirée de clôture du 30ème symposium international de sculpture sur pierre.
🔹Ce fut pour moi l’occasion, aux côtés de Valérie Cabecas, de féliciter les organisateurs pour cette manifestation d’envergure inscrite dans l’histoire locale et rayonnant loin de nos frontières, mais également de saluer l’action de la municipalité qui œuvre à l’attractivité de la commune , engagée dans le réseau des petites cités de caractère, en améliorant sans cesse le cadre de vie en totale fidélité avec l’histoire de Menet.
Nous avons découvert les 5 œuvres créées pour l’occasion dont certaines rejoindront leurs prédécesseurs sur les chemins de la commune. Bravo aux artistes et aux organisateurs.
🔹Avant ce moment festif, nous avons tenu une réunion de travail en mairie avec le Maire et les adjoints ou conseillers (Christian Floret, Sylvie Celle et Christian Garcelon), autour de 3 projets qui mobilisent la commune et que je m’attache à accompagner :
🔹La finalisation du financement du dossier d’assainissement du bourg (2 premières tranches) qui s’élèvent à plus de 500k€. L’Agence de l’eau confirmera ses engagements après l’ouverture des plis devant intervenir le 4 août prochain. La possibilité de déposer un dossier en DETR 2023 pour la 2ème tranche sera alors étudiée. La mobilisation reste de mise pour permettre le meilleur financement de ce projet doublement exemplaire : pour l’assainissement lui même mais aussi la prise en compte du caractère patrimonial de la commune.
🔹Le lancement de la commercialisation de l’éco-quartier. Dans le respect du périmètre de protection de l’église mais sans contraintes supplémentaires, Cantal Habitat doit engager la réalisation des deux premières maisons afin d’amorcer la commercialisation de ce nouveau quartier.
🔹Le dépôt du nouveau dossier régional au titre des petites cités de caractère, dans la poursuite des programmes engagés depuis 2018. En 2022, sont prévus : la finalisation de l’aménagement de l’entrée du bourg côté Riom, la mise en lumière de l’intérieur de l’église. Pour 2023, pourraient être déposés deux projets nouveaux : le circuit du patrimoine et l’aménagement d’un parking sur une autre entrée du bourg (après la réalisation de celui coté Riom). Des projets qui seront suivis avec une sensibilité toute particulière.
🔹Merci encore à Jean-Louis et à son équipe pour leur accueil et pour la qualité du travail de fond accompli au service de leur commune qui rayonne loin…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Contact permanence
04 71 64 21 38
1 rue Pasteur, 15000 Aurillac
Contact
04 71 64 21 38
1 rue Pasteur, 15000 Aurillac