En circonscription🔴 Salon du livre et de l’illustration jeunesse à Pleaux :

17 juin 20220
📌 Un vrai succès pour ce rassemblement traditionnel autour du livre de jeunesse et d’une vingtaine d’auteurs, avec en invitée phare cette année Natali Fortier. Chapiteau des auteurs, exposition, présence dans les écoles et collèges du territoire… : tous au spectacle !
La mairie de Pleaux autour de son Maire David Peyral et la communauté de communes de Salers autour de son Président Pierre Mennesson ont su mettre en œuvre un accueil en tout point parfait pour ce rassemblement organisé chaque année par la médiathèque départementale du Conseil départemental de manière itinérante dans le Cantal. Merci à Bruno Faure, Valérie Cabecas, Marie-Helene Chastre et aux équipes du Conseil départemental pour avoir organisé ce salon à Pleaux cette année.
📌 C’est pour moi l’occasion de mettre en exergue les droits imprescriptibles du lecteur proposés par Daniel Pennac. Ces droits, que nous nous octroyons volontiers nous, lecteurs adultes, parents, enseignants, nous devons aussi les accorder impérativement aux jeunes que nous prétendons initier à la lecture.
📍Le droit de ne pas lire : Même si ce premier droit peut faire hérisser les poils, il faut reconnaître que des personnes tout à fait respectables ne lisent pas …. C’est de la tolérance. Quant aux jeunes générations, Pennac nous dit bien que notre devoir est d’éduquer les enfants, de les apprendre à lire en les initiant à la littérature pour leur donner les moyens de juger librement plus tard s’ils éprouvent ou non « le besoin des livres ». Bref, de leur montrer à voir et de leur laisser la liberté de saisir ce plaisir…
📍Le droit de sauter des pages : On peut en particulier penser au travail des éditeurs jeunesse qui produisent de plus en plus d’oeuvres classiques abrégées, allégées ou revisitées… c’est mieux que de passer à côté d’un livre.
📍Le droit de relire : Quand on a apprécié un ouvrage, c’est avec plaisir qu’on aime le relire, quoi de plus naturel. C’est agréable de retrouver les émerveillements et sensations d’une belle lecture.
📍Le droit de lire n’importe quoi : Pennac insiste sur les livres de qualité. Il y a selon lui, les bons et les mauvais romans. Et Pennac nous affirme que les bons romans prennent au final le dessus dans notre vie de lecteurs.
📍Le droit au bovarysme (maladie textuellement transmissible) : Le terme « bovarysme » fait directement référence à un grand classique : Madame Bovary de Gustave Flaubert. La pauvre Emma Bovary ne trouvait satisfaction que dans la littérature, au détriment de sa vie qui l’ennuyait au plus haut point. Seules ses lectures romantiques la transportaient, la faisaient rêver, et donnaient un sens à son insipide existence. Ainsi, tomber dans le bovarysme, quand on lit, c’est ressentir nos nerfs qui vibrent, notre coeur qui s’emballe, s’identifier au personnage tous azimuts, se laisser porter par le livre, l’histoire avec plaisir, avec délice.
📍Le droit de lire n’importe où : Dans les toilettes, dans les transports, dans la salle d’attente du médecin, dehors sous la pluie, chez soi, au bureau…. Peu importe, tant que le plaisir de lire est là et que nous arrivons à nous concentrer sur la lecture.
📍Le droit de grapiller : C’est le fait de prendre n’importe quel ouvrage de la bibliothèque pour lire ou relire un passage, au hasard ou bien à un endroit précis, et s’y plonger un instant.
📍Le droit de lire à haute voix : Tout en faisant preuve d’un minimum de respect pour autrui, on peut prendre beaucoup de plaisir à lire tout haut. Cela requiert des compétences autres : l’intonation, le rythme….
📍Le droit de nous taire : Et bien sûr, nous pouvons refuser de lire à voix haute car la lecture silencieuse, dans notre tête nous convient mieux.
Bonnes lectures…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Contact permanence
04 71 64 21 38
1 rue Pasteur, 15000 Aurillac
Contact
04 71 64 21 38
1 rue Pasteur, 15000 Aurillac