En circonscription🌀DialogueS en TerritoireS CantalienS : une cinquième étape à Massiac.

28 mars 2022
🌀Cinquième rendez-vous en territoires cantaliens autour d’une quinzaine de Maires à l’échelle d’un ancien canton ou d’un EPCI, pour permettre un véritable temps de dialogues et d’échanges. Une vingtaine de rendez-vous de ce type seront organisés d’ici l’automne.
🌀Dans le contexte de la crise internationale, nous devons plus que jamais défendre notre modèle démocratique et notre mode de vie, celui de la ruralité, qui répond aux aspirations de ce siècle, à condition qu’on nous laisse les possibilités de nous développer bien sûr. C’est important de le partager et de le rappeler. J’ai pu réaffirmer mes convictions de décentralisateur autour d’une organisation devant garantir les libertés locales et l’autonomie fiscale.
La période actuelle suscite en effet des inquiétudes quant à nos capacités à faire (augmentation des coûts), à se projeter, à revoir un modèle qui semble à bout de souffle.
🌀 Merci aux Maires : Frédérique Buchon, Robert Jouve, Bernard Pagenel, Didier Achalme (para ailleurs President de Haute Terre Communauté et Conseiller départemental), Jean-François Landes, Jean-Marc Mizoule, Roland Vernet et Marina Besse (conseillère départementale), mais aussi à Danielle Gomont, Première Adjointe à Massiac, à Alain Feugas, adjoint à Bonnac et aux adjoints de Celoux et de Saint-Mary-le-Plain, d’avoir répondu à mon initiative qui s’inscrit pleinement dans mon engagement de proximité au service des communes, de leurs élus et des Cantaliens. D’autres Maires invités n’ont pu se libérer pour être présents et ont été excusés.
🌀Engager un dialogue direct, dans un cadre convivial, autour des attentes exprimées par les Maires et de leurs préoccupations du quotidien est au cœur de ce temps d’échange d’environ 2h30.
Merci à la mairie de Massiac d’avoir mis ses locaux à notre disposition.
🌀Bien sûr nous avons abordé les incontournables suivants :
🔹Principaux enseignements de la loi 3DS,
🔹ZAN, urbanisme et gestion de l’eau,
🔹Services publics : santé, éducation, mobilité, très haut débit, téléphonie et Poste,
🔹Enjeux de la ruralité et de son attractivité : énergie, agriculture, économie, fiscalité, habitat…
🔹Finances communales, autonomie fiscale, avenir des ZRR, nouveautés du PLF 2022 et perspectives à venir,
🔹Financements des investissements : DETR, contractualisation, CRTE, nouveau cadre des aides régionales …
🌀L’élaboration du PLUI constitue un vrai enjeu pour lequel j’ai rappelé le cadre de mise en œuvre au titre d’une limitation de l’artificialisation des sols qui est nécessaire à l’échelle nationale mais ne doit pas nous empêcher de nous développer. En particulier chacun doit rappeler son attachement au cadre réglementaire des 5 habitations existantes pour construire et non accepter les 10 parfois proposées.
L’accès à la santé et à l’éducation sont aussi des sujets essentiels sur lesquels nous ne pouvons plus rien lâcher, c’est le cadre d’un gros projet d’investissement de la commune de Saint-Poncy qui va rénover son école parce qu’elle croit en l’avenir.
Le transfert de la compétence de l’eau a été au cœur des débats. Garder l’initiative aux communes, ou à minima aux syndicats intracommunautaires, est une volonté des élus locaux qu’il faut respecter dans l’intérêt de la qualité et du coût du service pour les usagers. Des décisions seront à prendre en fonction de stravaux en cours conduits par le Conseil départemental et plus encore de la publication des décrets à venir précisant les modalités de mise en œuvre de la loi 3 DS, que je n’ai pas votée car elle maintient la date de transfert obligatoire en 2026.
🌀Les besoins de financements des projets communaux doivent aussi continuer à trouver des réponses en complément des dossiers structurants. Les questions de voirie communales, de chemins ruraux, d’addiction d’eau doivent ainsi trouver de véritables réponses dans la durée. Cela fait partie de mes engagements. Plus encore, le sentiment d’être éloigné, insuffisament pris en compte, de devoir toujours agir sous la pression, doit être combattu, c’est tout le sens de mon appui de proximité et du lien que je cherche à établir avec les autorités préfectorales par exemple.
Nous avons aussi pu balayer de nombreuses préoccupations essentielles pour les communes qui doivent être prises en compte :
🔹Zones blanches en téléphonie mobile et couverture fibre (rappel de l’échéance de 2022 et de 2025, et des solutions alternatives existantes),
🔹 Présence postale,
🔹 Enjeux autour de « l’Agro-photovoltaïque » et de ses retombées financières,
🔹 Aménagement de campings, financement de schémas d’assainissement, investissement sur les réseaux d’eau et d’assainissement, financement des travaux de voirie et de réhabilitation du patrimoine …
🔹Adaptation des projets engagés par les municipalités précédentes à la veille ou entre les deux tours de scrutin (gestion des marchés et récupération des aides),
🔹Accompagnement à la reconquête de l’habitat vacant (rappel de la possibilité désormais offerte d’intervenir au bout de 10 ans et non plus de 30 ans au niveau des biens sans maîtres).
Autant de dossiers que je m’engage à suivre et à soutenir dans le cadre d’un montage des dossiers de demande de subvention toujours plus ardu pour des élus locaux dépourvus de véritables moyens pour le faire.
De même, les inquiétudes qui pèsent sur les budgets communaux du fait de la hausse de l’énergie doivent nous inviter à beaucoup de prudence au regard des risques de baisse de dotations qui existent par ailleurs à moyen terme. Nous avons à cet égard largement évoqué les perspectives budgétaires et la situation actuelle des finances publiques de notre pays.
🌀J’ai particulièrement souligné l’importance de ne pas s’autolimiter dans les documents d’urbanisme en rappelant le cadre de référence régional, la démarche visant à extraire des surfaces de référence les bâtiments agricoles, en agissant dans le cadre législatif actuel et en cherchant à le faire évoluer demain. J’ai pu rappelé à cette occasion le rôle de la Région qui examine comment permettre, dans l’adaption du SRADDET, de préserver des possibilités de développement pour nos communes rurales.
J’ai remis à tous les participants quelques documents de synthèse sur ces sujets essentiels en réaffirmant ma disponibilité pour accompagner les projets de chacun.
Contact permanence
04 71 64 21 38
1 rue Pasteur, 15000 Aurillac
Contact
04 71 64 21 38
1 rue Pasteur, 15000 Aurillac